A la naissance de mon second enfant il y a un an, j’ai pris la décision de m’arrêter de travailler 6 mois pour m’en occuper. En effet, à la naissance de mon fils il y a 6 ans, j’ai eu l’impression de passer à côté de beaucoup de choses. Erreur que je n’ai pas voulu reproduire.

Une décision de couple

Même si l’initiative est encore rare, certains papas sautent le pas et décident de prendre un congé parental. Pendant la seconde grossesse de ma femme, cette idée a fait son petit bout de chemin dans ma tête. Après tout, je suis un fervent défenseur de l’égalité des sexes et être présent pour les premiers mois de vie de ma fille me semblait juste et naturel.

J’en ai donc parlé assez tôt à ma femme qui a été très surprise mais également ravie de ma décision. Elle qui souhaitait reprendre le boulot directement après la fin de son congé maternité était soulagée d’avoir quelques mois supplémentaires pour trouver un mode de garde. Savoir son bébé à la maison avec son père était très rassurant pour elle. Il faut dire qu’à l’époque, elle avait très mal vécue la séparation d’avec notre fils que nous avions confié à une assistante maternelle à moins de 3 mois.

Restait à aborder la question de l’argent. En effet, avec mon revenu en moins, il fallait adapter notre mode de vie à cette situation pendant 6 mois. Nous avons donc réduit sorties, vacances et shopping plaisir pour mettre de l’argent de côté tout au long de la grossesse. En se serrant un peu la ceinture, nous avons réussi le pari de vivre correctement sans trop nous priver. Je vous ferai très bientôt un article sur mes petites astuces pour moins dépenser au quotidien.

Du côté de l’employeur

Sachez tout d’abord que l’employeur est obligé d’accepter votre demande de congé parental d’éducation depuis le vote de la loi pour l’égalité hommes-femmes en 2013.

Dans le privé, il suffit d’avoir au moins un an d’ancienneté pour en bénéficier. Il suffit alors de faire une demande par courrier avec accusé de réception à son employeur au moins deux mois avant le début du congé parental.

Le congé parental d’éducation démarre à la fin du congé maternité soit 10 semaines après la naissance du bébé (dans le cas d’une naissance simple, je ne me suis pas renseigné pour les naissances de jumeaux).

Sachez enfin que le congé parental d’éducation peut se prendre à temps plein ou à temps partiel. Dans ce cas, le père peut décider de passer une partie du temps au travail et l’autre à la maison.

Renseignez-vous auprès de votre CAF pour connaître le montant de vos prestations sociales.

Le regard des autres

Finalement le plus difficile dans tout ça a été le regard des autres et plus particulièrement de notre famille et nos amis.

Et oui il y a encore des gens pour qui l’éducation des enfants et la tenue d’un foyer sont des activités purement féminines qui reviennent à la mère. Comme répète souvent ma femme : je ne suis pas née avec le gêne du ménage et de la maternité. Tout cela s’apprend et les hommes en sont tout aussi capables.

Nous avons reçus de nombreuses remarques très désobligeantes. Je trouve vraiment dommage qu’à notre époque, les mentalités aient encore du mal à évoluer. C’est pourquoi aujourd’hui j’encourage tous les jeunes pères de mon entourage à se lancer dans l’aventure si tel est leur souhait. Au diable les clichés.

Passer 6 mois près de ma fille m’a permis de prendre confiance en moi et en mes capacités de papa, et surtout à tisser un lien très fort avec ce petit être qui illuminait mes journées. J’ai également eu plus de temps pour le grand qui était ravi de voir son papa à la sortie de l’école tous les jours pendant 6 mois.

Bref je n’en retire que du positif.